mardi 11 avril 2017

Immeuble ( Khalid EL Morabethi )


Je suis un immeuble, on me frappe pour être heureux.  

-Je ne suis pas désolé -

Je ne suis pas désolé. Il existe un homme sourd mais il peut écouter la pluie quand elle tombe. L’homme vit  dans une chambre, dans l’immeuble. Je ne suis pas désolé

Les doigts coupent les doigts. Je suis un doigt qui pèse cent kilos. Je ne suis pas désolé. Je suis un doigt dans un immeuble, dans une chambre, au-dessus du bureau. Je suis un doigt qui connaît son visage. Je ne suis pas aveugle, je sors des sons qui pèsent cent kilos et plus, et j’entends le doigt qui bat à l’intérieur. Les doigts coupent les doigts, les doigts mangent les doigts, des doigts enceintes, des doigts font des doigts. Les doigts ne sont pas désolés

-Je ne suis pas désolé -

Les cafards ne savent pas nager. Il n y a pas assez d’eau dans mes poumons. Je ne suis pas désolé. Les cafards vont crever, ils ne savent pas nager, ils ne peuvent pas respirer, il n y a pas assez d’air. Je ne suis pas désolé. Ça ne changera rien si je coupe mes doigts

Il y’a des ombres dans une chambre, dans l’immeuble, ils attendent que les cafards deviennent vides pour qu’ils les hantent. Ils ne sont pas désolés

-Je suis un immeuble, on me frappe -

On me frappe. J’avale les bâtons. On me frappe. J’avale mes doigts. On me frappe. J’avale ma menace. On me frappe. J’avale l’immeuble. Je suis un immeuble. On me frappe. Je ne suis pas désolé. J’avale un taureau en or. J’avale des graines pour qu’elles poussent à l’intérieur de l’immeuble. On me frappe. Je ne suis pas désolé. J’avale des couteaux. On me frappe pour. Je ne suis pas désolé. On me frappe pour

J’avale mes yeux et je vois le système nerveux qui avale des doigts et je vois des doigts vivants, qui attendent  et je vois un dinosaure sourd mais il peut écouter la pluie quand elle tombe et je vois ma peau et je vois tout ce qui va sortir par la bouche et je vois tout ce qui va sortir de l’immeuble. Je ne suis pas désolé. On me frappe pour. J’avale. Et je vois ce qui sera invisible quand il va sortir. Je vois un invisible. On me frappe pour. J’avale. Je ne suis pas désolé. Je suis un immeuble

-Une caisse-

Je vois une caisse. J’avale une caisse. Je suis un immeuble. On me frappe pour.
Je vois une caisse. J’entre dans la caisse. Et je vois. On me frappe pour.  

Je vois une caisse. On me frappe pour écrire un meurtre ou juste pour que je dorme. Je ne suis pas désolé. On me frappe. J’avale les raisons. J’avale mon visage. Je suis un immeuble. Je vois un autre visage dans mon ventre. J’avale. On me frappe. Il existe un homme sourd dans l’immeuble, dans la chambre. On me frappe. Je suis une caisse

-La lumière –

J’avale les murs et je laisse une image, je la mets dehors, il faut qu’elle reste dans la lumière

Je ne suis pas désolé. On me frappe pour.  On me frappe à cause. On me frappe à cause des cafards, ou juste pour que je dorme. J’avale les causes. L’immeuble vit. L’immeuble respire. On frappe l’immeuble

Je vois une caisse. J’avale les bâtons. Je vois des points noirs. On me frappe pour que je dorme ou peut-être pour que je voie la lumière

J’avale des rêves. Je suis un immeuble. Il existe une lumière dans l’immeuble, dans une chambre, dans une caisse, au fond de mes doigts

-Je vois -

Je vois la lumière dans la viande. Je vois la lumière dans les yeux des cafards au moment de leurs morts. Je ne suis pas désolé. On me frappe. Je vois des cranes. Je vois des bâtons en bois. Je vois une vache jaune. Je vois des organes. Je vois un invisible. Je vois la personne qui n’est pas désolée. Je ne suis pas désolé. Je vois ce qui me donne des coups de points. Il n’est pas désolé. Je vois. On me frappe. Je vois un homme parfait. Qu’est-ce que je fais ? Je vois ce que je fais. Je vois un médecin qui étrangle les cafards, il ne veut pas les voir souffrir. Je ne suis pas désolé. Je vois des cheveux. Je vois un homme parfait dans l’eau. Il n’est pas désolé. Il sait nager. Je vois la lumière dans l’eau. L’homme est un poisson. On me frappe pour. Je vois 

On me frappe pour
Je ne suis pas désolé
Je suis un immeuble
On me frappe
Pour que je vois la lumière
Pour que je dorme

Pour que je dorme

On me frappe pour que je dorme  

Ça ne me fait pas mal. On me frappe.


Pour que je dorme




Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés