lundi 1 février 2016

Grâce à un singe, à cause d'un singe ( Khalid EL Morabethi )



Grâce à un singe, une lâche réalité est venue à l’existence,
A cause d’un singe, les éboueurs écrivent des lettres d’absence,
Grâce à un singe, la ligne passagère a trouvé un sens,
A cause d’un singe, les étoiles de l’autre côté de la mémoire, perdent leur puissance,
A cause d’un singe, les battements du tableau vide perdent leur présence,
A cause d’un singe, ont eu lieu de nouvelles naissances,
La naissance des pères qui mangent leurs fils pour être des dieux forts
La naissance des menteurs qui ont des papiers qui prouvent que l’autre avait tort,
Que le chat ne marche pas à quatre pattes,
Que la terre est plate,
Que les étoiles n’existent pas, ce ne sont que des envahisseurs qui se préparent à une attaque,
Que l’homme pigeon sera mangé par un titan en fuite, à cause d’un maudit singe insomniaque,
A cause d’un singe, l’homme à cent têtes prend ce qu’il a offert,
Et Caïn tue à nouveau son frère, 
Et l’homme corbeau tristement l’enterre,
Puis, l’homme dans le miroir cache l’identité meurtrière.
Minable singe, minable monsieur à cigare,
Minable singe, minable monsieur sans mouchoir 
Minable singe, minable dame enfermée dans sa cuisine,
Minable singe, minable dame en colère qui se libère et qui commit son crime.
A cause…
Grâce à… à cause…
A cause d’une fausse cause…
A cause d’un point, à cause d’une pause…
Grâce à une rose,
Offerte.
La chaise part et la porte d’en face est enfin ouverte, 
Mais l’homme aux yeux crevés sait qu’il a tué il y a longtemps l’espoir,
Que la rose n’est qu’une utopie, qu’un beau cauchemar.
Grâce à un singe, une lâche réalité est venue à l’existence,
A cause d’un singe, le mangeur de foie humain, brûle les réponses,
Le mangeur d’âmes, de foi, d’os et de cœurs, brûle tout avec virulence,
Et l’oncle augmente le volume de la télévision,
L’oncle ne voudrait pas écouter son neveu, il ne voudrait ni voir son dessin ni sa vision.
Un mensonge est venu à l’existence,
Pendant que l’ombre d’un absent est flippé d’être seule avec sa conscience,
A cause d’un singe, l’oncle assit sur un canapé, mange ses vices,  
Pendant que son neveu plante des cailloux,
Et la mémoire masquée n’est qu’une observatrice.

Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés

3 commentaires:

  1. bonjour Khalid sache que ce poèmes était parfait (encore une fois) je pense vraiment que tu as un don je t'encourage vivement a bientôt et merci pour ce poèmes extraordinaire

    RépondreSupprimer
  2. Un très beau poème que je découvre grâce à Den.

    Beaucoup d'émotions et de vérités dans tes mots Khalid comme toujours. Et des singeries qui me parlent beaucoup...aussi.
    Je suis très heureuse de te relire

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    J'ai adoré votre texte!
    Il me fait penser à un conte africain comme j'en ai souvent écoutés.
    Cette manière de nous amener à réfléchir sur la vie en nous offrant des vérités sous couvert de les dire par l'image.
    Et c'est l'image qui apporte ici la poésie.
    Bravo.

    RépondreSupprimer