jeudi 22 octobre 2015

Derrière la salle de bain ( Khalid EL Morabethi )


Derrière la salle de bain 
Il y a Benjamin, 
Tout le monde est parti, il n'y a que Benjamin, 
Il y a des images qui défilent sur les murs , 
Et un cahier à la couverture rigide, qu'il emporte partout afin d'écrire le vide, 
Afin d'écrire son âme vide,
Afin décrire ce vide qui lui adresse deux doigts d'honneur,
Afin d'écrire ce qu'il voudrait dire à son sourd et ivre cœur.
Il voit,
Derrière la salle de bain, Benjamin voit,
Il voit des papillons qui volent et qui arrivent jusqu'au plafond et se brûlent,
Il voit que c'est tristement beau dans sa bulle,
Il voit des points, des lignes et des virgules,
Il voit une bête,
La bête lui parle et part, comme les autres,
La bête lui sourit, elle le regarde puis elle part, comme les autres,
Le bête tourne le dos et part, comme les autres,
Il voit des formes noires,
Il voit qu'il se noie,
Au fond,
Tout au fond d'une grande forme noire,
Tout au fond d'une lueur,
Tout au fond d'une forme qui naît, vit et meurt,
Tout au fond d'un cercle qui naît, se remplit le jour, puis le soir meurt,
Tout au fond d'une figure, tout au fond d'une idée, tout au fond de la honte,
Tout au fond d'une seconde lente,
Tout au fond d'un regard lancé trop tard,
Tout au fond d'une grande forme noire,
Noire.
Derrière la salle de bain,
Benjamin s'est perdu dans le noir,
A cherché en quoi croire,
Perdu tout au fond,
Tout au fond du rouge liquide qui coule tout autour de lui et part , comme les autres.
Comme les autres, Comme les autres, 
Qu'ils aillent au diable les autres !
Derrière la salle de bain,
Benjamin ne s'exprime plus,
Il ne pense plus,
La tête vide,
Pupilles vides de toute lumière,
Sans force, sans volonté, sans rage, sans colère,
Il se noie,
Il voit qu'il se noie,
Lentement,
Silencieusement,
Comme un bateau plein de rêves et d'espoir,
Comme une boite pleine de mémoire,
Comme le soleil qui part comme les autres, chaque soir.


Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire