jeudi 24 juillet 2014

C'est beau dans la tombe , ( Khalid EL Morabethi )


C’est beau dans la tombe,
Le calme absolu, le repos,
Ailleurs, je l’entends chanter, c’est beau,
Un chant doux, envoutant,
Cette voix, durera plus longtemps,
C’est blanc, ici,
Ce n’est plus noir ou gris,
‘’ Continuez d’attendre ‘’ me dit une voix grave à côté 
En dehors de cette absence, je l’entends encore chanter,
Je l’entends pleurer,
Sur moi.
C’est blanc ici,
Que dois-je faire ? Faut-il parler ?
Je dois peut-être écrire.
Sur soi,
Sur les autres, la vie, les choses,
Sur les mots peut être employés sans songer à leur importance
C’est sans doute ici, où tous recommencent,
Ou encore, c’est ici, où il faudrait savoir qui je suis ?
‘’Fermez vos yeux et continuez d’attendre ‘’ me dit une voix grave à côté
Entre le bruit sourd de ce vide et mes dernières prières, où sont mes rêves ?
Mes pensées mes souvenirs. Vers quel lieu mystérieux ont-ils disparu ?
Mes questions n’ont pas brisé le chant de l'inconnue,
Aux joues couvertes de larmes,
Et sa voix a pu atteindre dans ce cimetière les cœurs penseurs des âmes.
Ici,
Je tremble,
Ma langue claque,
J’ai peur, pour la première fois,
Mais pourquoi ? Ai-je perdu ma foi ?
Que dois-je faire ?
Faut-il que je me cherche,
Tout au fond,
Trouver ce point au milieu de ce vaste blanc,
 Je crie '' Il y a quelqu'un ? '' 
‘’ Silence, continuez d’attendre ‘’ me répond t'il 
Ailleurs,
J’entends toujours la mélodie,
Elle fleurit ma tombe et part en disant,
‘’ Repose en paix, tu avais une vie ‘’

Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés

4 commentaires:

  1. Belle idée que de traiter la mort du point de vue du mort, où l'on retrouve nos propres interrogations qui, même dans la mort, ne trouvent pas de réponses.

    Ces appels dans le vide, cette femme présente sans l'être puisqu'elle est la vie, ce double jeu entre le mort et la vivante qui ne peuvent plus communiquer marquent la condition indéfectible de la mort.
    L'emploi de l'imparfait dans le dernier vers résume bien cette barrière dressée désormais entre eux, cette incommunicabilité.

    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Formidable....être encore là attendant de voir la route que doit prendre l'esprit
    revivre où devenir tout autre la vie est immense le ciel aussi quelle sera ta voie
    qui t'y attendra ?
    Très intéressant......

    RépondreSupprimer
  3. Le thème est très surprenant mais pourquoi pas !
    C'est plus sur l'écriture elle-même que je tique.

    "Un chant doux, envoutant,
    Cette voix, durera plus longtemps,"
    et
    "Continuez d’attendre ‘’ me dit une voix grave à côté"
    Le personnage semble avoir perdu ses souvenirs et ne sait pas à qui appartiennent les voix.
    Pourtant :
    "Ailleurs, je l’entends chanter, c’est beau,"
    Il ne les a pas tous perdus puisqu'il entend encore chanter cette inconnue ailleurs ; ailleurs dans un autre temps. Cela ne peut pas être dans un autre lieu puisque l'inconnue pleure devant sa tombe.

    Comment peut-il avoir perdu ses rêves, ses pensées, ses souvenirs et être capable de se poser autant de questions ? Serait-ce le début d'une autre vie qu'il commence dans sa tombe ?
    "C’est sans doute ici, où tous recommencent,
    Ou encore, c’est ici, où il faudrait savoir qui je suis ?"
    J'ai au moins autant de questions sans réponse après la lecture de ce texte. Peut-être aurait-il fallu y mettre moins de questions et/ou répondre à certaines d'entre elles.

    RépondreSupprimer
  4. votre texte nous prend tout de suite par la main et nous emmène dans votre tombe j'y suis inquiet d'une inquiétude douce , un peu rassuré par cette voix qui relie mais en même temps est-ce-que j'existe encore

    j'ai beaucoup aimé votre texte

    RépondreSupprimer