dimanche 16 février 2014

Point virgule ( Khalid EL Morabethi )


Virgule,
C’est des gouttes de haine mélangées avec les larmes et du sang d’un ancien pianiste,
Ses notes ont estropié cette fameuse beauté, très vite.
Un rythme lent, une mélodie de l’oubli qui n’a plus l’âge ni le courage de boire,
Une mélodie d’une conscience qui a honte en silence, et pleure, chaque soir.
Un rythme lent, une mélodie douce qui rend le sens en feu,
Une mélodie légère qui rend l’esprit  nerveux.
Point,
Une autre explosion qui n’est pas loin,
Les yeux de l’unique lumière se pèsent et se ferment,
Pas d’histoire,
Aucune fenêtre, pas de ciel,
Pas de promesse, aucune victoire,
Aucune rage,
Rien…
Que ce sage blessé qui passe dans les rues et prie,
Les joues couvertes de larmes retenues, mais sa voix ne se brise guère
Il prie pour ces enfants et les sourires tristes des mères,
Pour les pères.
Point virgule,
Plus loin,
Les cris des pères, soldats, ont fait comprendre aux cœurs patients et rêveurs,
Que la lune, les étoiles, les souhaits, les poèmes d’amour et de joie tragiquement meurent…
Point,
Et d’autres points qui tuent avec douceur tous les contes,
Et finalement,
La fée
Entre en scène,
Un silence,
Elle ouvre la bouche peinte de rouge et chante,
Pour la dernière fois,
Et…
Quand le soleil a abandonné son rôle de luminaire,
Le soir,
L’orphelin tenant la main tremblante de l’espoir,
A vu sa fée quand elle s’était noyée dans la mare,
Il a vu son sourire aux lèvres,
Sa robe blanche,  son linceul,
« Toutes mes excuses, au revoir »
Il s’est retourné et il a continué de marcher,
Seul.
Virgule,
C’est des gouttes de pluie qui tombent, dès que le violon se joue
Un rythme lent,
Une mélodie d’une mémoire sainte qui voudrait résister jusqu'au bout.

Khalid EL Morabethi

Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire